McLaren

En effet, la sanction (100 millions d’amende et retrait de tous les points acquis ou à venir au championnat constructeur) infligée à McLaren est plus que l’offrande d’un titre constructeur inespéré à Ferrari, alors même que l’utilisation des secrets de la Ferrari sur une McLaren n’a pas été prouvée.

Evolution des monoplaces McLaren contre problèmes de fiabilité de Ferrari

Kimi Raikkonen doit être bien étonné, lui qui a quitté McLaren pour Ferrari l’année dernière à cause des problèmes de fiabilité récurrentes sur sa monoplace. Aujourd’hui L’écurie anglaise a relevée la tête avec une voiture stable, qui n’a connue aucun problème cette saison mise à part une roue mal serrée ayant causée l’accident de Lewis Hamilton. Si la FIA veut faire croire que les progrès de McLaren sont la résultante d’un espionnage dont serait victime la scuderia Ferrari, il faudrait qu’elle se demande pourquoi l’écurie italienne connait des problèmes de fiabilité précisément cette saison.

Des pilotes surmotivés par une rivalité interne chez McLaren, plus que chez Ferrari

Pendant que deux champions s’affrontent ouvertement chez McLaren, deux pilotes talentueux se neutralisent chez Ferrari. Les dépassements autoritaires effectués par Lewis Hamilton sur Felipe Massa en début de course, puis sur Kimi Raikkonen en fin de parcours du circuit de Monza la semaine dernière sont l’illustration de la combativité qui anime l’équipe Mclaren. Dès lors, comment ne pas retirer également les points aux pilotes McLaren si on est convaincu que leurs monoplaces utilisent la technologie développée par leur concurrent ?

Des informations sur Ferrari offertes sur un plateau

On est tenté à la FIA d’oublier l’origine des informations « fournies » à McLaren. En effet, ce dernier n’est pas allé corrompre un ingénieur chez Ferrari afin d’obtenir ces précieux documents, mais ce serait plutôt un ingénieur licencié de chez la Scuderria qui aurait (pour vider son crane) offert ces informations à un ex-concurrent. Existe-t-il des clauses de confidentialité en F1 entre les écuries et leur personnel ? Sinon, n’est-ce pas le moment de les instaurer ?

En conclusion, un retrait de points à Mclaren en absence de preuve d’utilisation de la technologie Ferrari, alors même que ces soit disant bons réglages ne rendent pas la Ferrari plus compétitive, est simplement un scandale sportif orchestré par la FIA sous la pression d’une grande écurie qui peine ces deux dernières années à retrouver son niveau, malgré les pilotes de rang comme Michael Schumacher ou Kimi Raikkonen.